Main menu
Idée Reçue n°6: Le label Fairtrade / Max Havelaar est sans impact réel pour les producteurs
Idée Reçue n°6: Le label Fairtrade / Max Havelaar est sans impact réel pour les producteurs

Le label Fairtrade / Max Havelaar est sans impact réel pour les producteurs

                                                                                                                           idee_reçue_faux

L’objectif du commerce équitable labellisé Fairtrade / Max Havelaar est de contribuer à améliorer les conditions de vie des producteurs et travailleurs membres du système.

Une approche complète de suivi et d’évaluation a été mise en place pour vérifier sur le terrain les effets réels, que l’on qualifie d’impacts, tant en termes quantitatifs que qualitatifs. Il est important de rappeler que pour être certifiés Fairtrade, les producteurs et travailleurs doivent se conformer aux cahiers des charges et ainsi adopter de bonnes pratiques sociales et environnementales. De leur côté, les entreprises doivent respecter des conditions commerciales et de traçabilité définies par des cahiers des charges. Des audits annuels réalisés tous les ans par l’organisme certificateur indépendant, FLOCERT, permettent de s’assurer du respect de ces règles et, le cas échéant, mettre en place des correctifs, voire des sanctions.


image idee recue 6Les conclusions des différentes études d’évaluation des impacts auprès des producteurs s’accordent sur l’effet de stabilisation et d’amélioration de leurs revenus, grâce notamment au prix minimum garanti, des salaires des travailleurs et de leurs capacités d’épargne et d’investissement.


Dans de nombreux cas, les conditions de vie des producteurs et des communautés s’améliorent. L’étude « l’incidence du commerce équitable sur le recul de la pauvreté grâce au développement rural » réalisée par le Ceval en 2012 a mis en évidence le rôle moteur des organisations certifiées Fairtrade/Max Havelaar dans l’amélioration des conditions de vie des communautés villageoises. Renforcées, structurées et dotées d’une capacité d’autofinancement grâce à la prime de développement, les organisations réalisent des investissements pour un meilleur accès à l’éducation, aux soins, pour l’électrification des villages, pour l’accès à l’eau potable ou encore pour l’accès facilité aux biens de consommation courante ou pour la création d’activités rémunératrices, en particulier pour les femmes (pièces de couture, savons, maraichage…).


image idee recue 6Le commerce équitable contribue également à la préservation de l’environnement grâce aux cahiers des charges qui encouragent le développement de bonnes pratiques de production (préservation des sols et des ressources en eau, préservation de la biodiversité, non utilisation des OGM, utilisation raisonnée et maitrisée des produits chimiques, avec une liste de produits interdits, gestion des déchets, réduction des gaz à effet de serre …), et si possible la conversion au bio, et le maintien d’un cadre de vie agréable pour favoriser la durabilité de la production.
Mais l'impact là-bas est d'autant plus significatif que les ventes ici sont importantes.


 

L'infographie

 

 infographie idee recue 6

Pour être certifiés Fairtrade, les producteurs et travailleurs doivent se conformer aux cahiers des charges Fairtrade / Max Havelaar

Le mot d'ordre est d'adopter les meilleurs pratiques sociales et environnementales possible.

image idee recue 6image idee recue 6

 

image idee recue 6image idee recue 6