Main menu
Idée reçue n°2: Le commerce équitable concurrence la production française
Idée reçue n°2: Le commerce équitable concurrence la production française

Le commerce équitable concurrence la production française

                                      idee_reçue_faux

Le commerce équitable n'entre pas en concurrence avec la production française puisqu’il concerne presque exclusivement des produits "exotiques" comme le café, le cacao, le thé, les noix de cajou, le quinoa, les épices ou encore le coton.

 Il s’agit donc de produits qui ne peuvent pas être cultivés en France et qui font partie de notre consommation quotidienne. Consommer des produits labellisés Fairtrade / Max Havelaar contribue au progrès économique et social de producteurs et de travailleurs en situation de désavantage dans les pays du Sud, au moyen de relations commerciales équitables et durables.


Le commerce équitable peut concerner également des produits qui peuvent être, pour partie, cultivés en France ou en Europe mais qui sont largement importés des pays du Sud, pour des raisons de qualité, de coût, de disponibilité... C’est le cas des roses dont plus de 70% des volumes commercialisés sur le marché français viennent du Kenya, d’Equateur, de Colombie ou d’Ethiopie où les conditions climatiques sont plus favorables et les coûts de production plus faibles ainsi que les coûts carbone. Il en va de même des bananes. La banane française, de Guadeloupe ou de Martinique, ne couvre que 40% des besoins français. De bonnes raisons pour consommer des produits équitables !

idée_reçue_2
En outre, les trois quarts des produits labellisés Fairtrade / Max Havelaar sont transformés, vendus et distribués par des PME françaises, implantées au cœur de nos régions. Le commerce équitable participe ainsi au développement de l’emploi et au savoir-faire industriel français.


Par contre, il est vrai que l’on retrouve des problématiques approchantes pour les petits producteurs, qu’ils soient au Sud ou au Nord : vente à perte, contrat à court terme, insécurité sur leurs récoltes, faibles revenus, endettement, difficultés à investir. C’est aussi pour cela que l’on commence à parler d’une forme équitable de commerce, aussi avec les producteurs les plus fragiles de nos régions

L'infographie

infographie idee recue 2

concerne presque exclusivement des produits "exotiques"

Il s’agit donc de produits qui ne peuvent pas être cultivés en France et qui font partie de notre consommation quotidienne.

idée_reçue_2idée_reçue_2

 

idée_reçue_2idée_reçue_2